AAN in Media

La violence gagne l’ensemble du pays


Le Croix, 7 February 2018

The French daily, in it article looking at the current security situation in Afghanistan, quotes AAN’s Thomas Ruttig:

La population des zones contestées souffre de la guerre à bas bruit entre l’armée et les insurgés. « On parle là des régions les plus dangereuses du pays, estime Thomas Ruttig, co-directeur d’Afghanistan Analysts Network, un centre de réflexion basé à Kaboul. Les combats s’accompagnent de la destruction d’infrastructures bâties au cours des années 2000. Des écoles et hôpitaux servent de base militaire. Les services publics s’affaiblissent ou s’effondrent. » L’insécurité croissante pousse les acteurs de l’aide et les fonctionnaires à déserter villages et petites villes. (…)

Dans ce contexte de pauvreté généralisée, la vie à l’ombre du pouvoir taliban est-elle pire qu’ailleurs ? Difficile de trancher : ici, des habitants se félicitent de la paix retrouvée, là, d’autres regrettent le départ d’agents gouvernementaux qui refusent de travailler sous la direction des insurgés. « Les talibans ont mis en place des structures parallèles, note Thomas Ruttig. Ils collectent des taxes, rendent justice, financent un réseau de madrasas, surveillent les professeurs. Il existe des accords tacites avec les autorités qui envoient de l’argent pour le fonctionnement des écoles ou des centres de santé. »

Thematic Category: